LES TRANSPORTEURS D’HYDROCARBURES EN GREVE, LE 10 FEVRIER




En conférence presse hier, lundi 27 janvier 2020, le Syndicat des Transporteurs Routiers et des Hydrocarbures (STRH) de l’Association des Transporteurs du Pétrole (ATP) et le Collectif des Transporteurs Routiers du Sénégal (CTRS) menacent d’aller en grève, le 10 févier prochain, si les autorités ne répondent pas à leurs attentes.

Mettant sur la table des revendications plusieurs doléances, les transporteurs d’hydrocarbures du Sénégal menacent d’aller en grève, face au mutisme des autorités concernées. Selon Gora Khouma, secrétaire de l’Union des Routiers du Sénégal, le secteur continue de réclamer ses droits. «L’Union des Routiers du Sénégal et le Syndicat National des Conducteurs Routiers du Mali, en partenariat, ont eu un accord sur des points revendicatifs, une plateforme mises sur la table de deux gouvernements, depuis le 7 janvier 2020, pour tirer l’attention des autorités de deux pays. S’il n’y a pas de négociations, ou bien des négociations nulles, les deux organisations iront en grève le 10 févier 2020».

Les doléances des transporteurs ont trait au «règlement 14 de l’UEMOA, la charge à l’essieu et le rétablissement de la tolérance de 20% sur le PTAC, les révisons des amendes de 20.000 F CFA à 40.000 F CFA la tonne fret national, la non application de la nouvelle taxe portuaire AGS», entre autres sujets d’actualité évoqués lors de cette avec les journalistes.

Ces transporteurs réclament l’annulation de l’application, depuis le 01 janvier 2020, du règlement 14 de l’UEMOA qu’ils considèrent comme une «malédiction dans le secteur.» «Pour nous permettre de continuer nos activités, nous sollicitons de l’autorité le rétablissement de la tolérance de 20% sur le PTAC, l’abandon définitif de la taxe sur la charge à l’essieu, le rétablissement de la taxe de 4000 F CFA par tonne pour le transport national et 12 000F CFA la tonne pour le transport international, l’abandon du délestage de produits, ce qui est impossible en ce que concerne l’hydrocarbure, la non répercussion de la nouvelle taxe portuaire aux transporteurs, le règlement de la dette pétrolière empêchant certains transporteurs d’êtres payé par des pétroliers», énumère Pape Boubacar Diop, directeur exécutif du STRH.

Pour rappel le règlement 14 de l’UEMOA (Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine) est relatif à l’harmonisation des normes et des procédures du contrôle du gabarit, du poids et de la charge à l’essieu des véhicules lourds de transports de marchandises dans les Etats de l’UEMOA. Le règlement a entré en vigueur et appliqué au Sénégal, le 01 janvier 2020. Et selon les transporteurs, parmi tous les membres de l’UEMOA, seul l’Etat du Sénégal a appliqué ce règlement.