Policier qui s’est tiré une balle dans la tête : Ces éléments qui écartent la thèse du suicide




Nouvelles révélations dans l’affaire du policier Sémou Diouf qui s’est tiré une balle dans la tête, jeudi dernier, à son domicile, aux Parcelles Assainies.

Des éléments de preuve matérielle ne collent pas avec la thèse du suicide.

Des sources du journal Les Échos rapportent que la tête du policier allait exploser s’il s’était tiré une balle dans la tête avec son arme de service de marque «Taurus».

Car, la balle allait lui traverser la tête et l’impact allait être énorme avec, à la clef, du sang à gogo.

Autre zone d’ombre ? Le policier ne peut pas se tirer une balle dans la tête et rester en vie 3 heures plus tard.

Un autre fait aussi bizarre : L’arme du policier a aussitôt disparu après le drame avant d’être remise au policiers plus tard.