Sédhiou : Les populations de Yarang Balente crient leur amertume




Situé en plein cœur du Balantecounda (région de Sédhiou, département de Goudomp) et à la lisière de la frontière avec la Guinée Bissau, Yarang Balanté, ce chef-lieu de commune souffre de tous les maux. Ainsi, sans électricité, ni eau potable encore moins un poste de santé fonctionnel et victime d’un banditisme récurrent, les 2130 âmes qui y vivent ne cessent de clamer leur amertume par rapport à l’oublie dont ils sont victimes en matières d’infrastructures de bases.

Chef-lieu de commune, Yarang Balante est une bourgade située sur la RN6 à moins de 1 km500 de la frontière avec la Guinée-Bissau, manque de tout. Ce village cosmopolite (balante, mandingue, Manjack, Monodj, Peulh, Diola) de 2130 habitants comme le constate l’écrasante majorité de sa population, est victime d’un oubli en matière d’infrastructures de la part des autorités. Elle a ainsi, décidé de sortir du silence. Ainsi, au nom de toute la population de Yarang Balante, les jeunes de la localité, ont tenu hier, mercredi 12 Aout, un point de presse au cours duquel, ils ont dressé une longue liste de difficultés liées au raccordement aux réseaux électriques, à l’alimentation en eau potable et à la santé, des infrastructures sociaux de bases dont les chantiers sont tous à l’arrêt, dénoncent-t-ils « Nous avons organisé, ce point de presse pour dénoncer le blocage des chantiers de Yarang, liés à l’électrification, à l’eau potable et au poste de santé », a listé, le porte-parole, Germain Diatta.

Pour lui, il s’agit-là d’une situation « pitoyable, à laquelle, nous populations de Yarang sommes plongés ». Car, poursuit-il, « nous avons constaté avec beaucoup d’amertume et de consternation l’arrêt brutal des chantiers depuis près d’une année ». À l’image de ceux du poste de santé qui dure plus de 1 an et qui peine à s’achever. Une situation qui, selon eux affecte plus de 2130 personnes vivant dans « le noir, mais aussi dans un manque criard d’eau potable. On note aussi des cas de cambriolages, de vols et de pillages de magasins et de boutiques ». La liste de maux dont souffrent les populations de Yarang Balante, est loin d’être exhaustive, car font-ils remarqués, les puits du village tarissent en saison sèche. Par conséquent, « toutes les activités maraichères sont au point mort et les femmes marchent plus de 500 mètres pour trouver le liquide précieux », s’est plait, Germain Diatta.

Le plus cocasse de cette situation à laquelle vivent les habitants de Yarang Balante, est, fustigent, en chœur ces jeunes désœuvrés « paradoxalement les villages de Fassade, Bamboto, Koun et Sathioum (tous de la commune de Yarang Balante) récemment en chantier, sont tous alimentés laissant sciemment en rade Yarang chef-lieu de commune où réside l’administration, cela sans explication concrète et valable. Nous le jugeons inadmissible, injuste, scandaleux et discriminatoire », ont-ils dénoncé. Suffisant pour que les populations de Yarang Balante, interpellent directement le chef de l’Etat Macky Sall afin de palier à cette injustice.