Assemblée générale de la Caf : Un déficit de 13,6 millions de dollars dans le budget prévisionnel




La Confédération africaine de football (Caf) a tenu son 42e Assemblée générale ordinaire hier, au Caire. Au cours de cette rencontre qui s’est déroulée par visioconférence, les bilans moral et financier et le budget 2021 ont été adoptés.

L’Assemblée générale de la Caf, présidée par Constant Omari, a approuvé hier les comptes pour l’exercice 2018-2019 et le budget pour la période 2020-2021. Selon le bilan financier, la Caf a généré 115 millions de dollars de recettes durant l’exercice fiscal 2018-2019 et aurait dépensé à peine moins. «Cela conduit à finir l’année avec un résultat opérationnel à l’équilibre, qui a dégagé un revenu de près d’un million de dollars», a fait savoir Abdelmounaïm Bah, Secrétaire général de la Caf. Ainsi, le budget prévisionnel, dans un contexte marqué par une crise sanitaire mondiale et le report de plusieurs compétitions, dont la Can 2021, prévoit un déficit de 13,6 millions de dollars pour l’exercice à venir.

Mais, pour Faouzi Lekjaa, président de la Commission des finances de l’instance, «les finances de la Caf s’inscrivent dans un déficit structurel». De l’avis du président de la Fédération marocaine de football, ce déficit est dû essentiellement à l’augmentation des charges et des distributions. «Quand on décide d’augmenter la distribution à chaque fédération à hauteur de 200.000 dollars, les prize moneys aux clubs et aux fédérations à l’occasion des différentes compétitions, et aussi le nombre d’équipes nationales participant aux tournois de jeunes, l’impact aussi augmente», explique-t-il. Selon Faouzi Lekjaa, il urge pour la Caf de revoir son «process footballistique» pour dégager suffisamment de ressources pour «permettre à l’instance de dégager des marges pour les investir dans le développement du football».

En ouverture de cette assemblée générale, le président de la Fifa, Gianni Infantino, a rappelé l’importance de l’unité de la famille et du football. Il est revenu, dans son discours inaugural, sur la suspension du président Ahmad. «Je ne peux évidemment pas intervenir devant cette assemblée sans évoquer le cas du président Ahmad et ce qui s’est passé. Il est clair que sur le plan personnel, je pense comme pour vous tous, que c’est triste. Mais il est clair que nous devons cependant, respecter les décisions des organes indépendants de la Fifa», a-t-il dit.