Tabaski 2020 : Risques d’explosion du Coronavirus dans tout le pays !




La fête de Tabaski communément appelée l’Aïd el-kebir est la plus importante fête des musulmans de la Oumah Islamique. Et le Sénégal n’a jamais dérogé à la règle en tant que pays à majorité musulmane. Mais pour cette année 2020 où la propagation de la Covid-19 va crescendo, la fête de tabaski risque d’exploser les cas de contamination si l’Etat ne fait rien pour prendre des mesures herculéennes qui s’imposent à tous.La fête de tabaski communément appelée la fête du mouton consacrée partout par la Oumah Islamique se prépare activement par les Sénégalais.

Partout dans le pays et au niveau de Dakar, les points de vente de moutons se multiplient à un rythme effréné, nonobstant les effets collatéraux de la Covid-19.

A ce jour, le Sénégal enregistre 8810 patients positifs à la Covid-19,5948 malades guéris et 167 décès. Comparé au reste du monde, notre pays fait figure de point du globe moins touché par cette pandémie mais le risque est moins le bilan enregistré que la progression soutenue de la maladie dans le temps.

En effet le virus continue de progresser de manière sporadique et les cas contacts font craindre le pire.

Le Gouvernement table certes sur une politique de résilience apte à contenir le « monstre » mais rien n’y fit.

La rupture n’est pas Sénégalaise et il sera toujours difficile de faire adopter à nos compatriotes les mesures idoines pour combattre efficacement cette maladie pandémique.

La preuve depuis le 2 mars dernier, au lieu de reculer, la propagation du virus dépasse le personnel de santé. Si dans ce contexte tout aussi apocalyptique l’Etat se permet d’ouvrir les frontières internes et de permettre aux Sénégalais d’aller passer la fête de tabaski chez eux , cela voudrait dire qu’après la fête, les risques d’explosion du Coronavirus seront inévitables.

Car, la fête de tabaski est aussi l’occasion des retrouvailles familiales entre Sénégalais.

Et ce n’est pas pour rien que l’Union Européenne a interdit à nos compatriotes de mettre le pied à l’espace Schengen.

Les mouvements et déplacements de personnes en prévision de cette fête musulmane y sont pour beaucoup.

Protéger les Sénégalais de la pat de l’Etat, c’est aussi éviter que cette fête musulmane explose le virus dans tout le pays.