?La recette du mbakhal dieune aussi appelé mbaxal diw tiir




Le mbakhal dieune est un plat traditionnel sénégalais fait à base de poisson, de légumes, de nététou et de riz. La cuisson se fait de la même façon que lorsque vous cuisinez le thiéb bou dieune bou wékh à la différence vous utiliserez une petite quantité de riz.
Le mbakal dieune est un plat nourrissant apprécié par presque tous les sénégalais qui adorent la nourriture piquante et acide. A la base c’est un plat pauvre en gras. D’où le fait que les femmes en raffolent. En principe le mbakhal dieune se cuisine sans huile, on ajoute directement le poisson dans une marmite d’eau, c’est la cuisson traditionnelle. Cependant certaines personnes ont tendance à faire dorer de l’oignon et du mollusque séché avant d’ajouter de l’eau.

Pour faire du bon mbakhal dieune faudra miser donc sur le poisson. Acheter une bonne qualité de poisson thiof ou beurre de préférence. N’hésitez pas à acheter un « yabooy ». C’est un poisson avec beaucoup d’arêtes mais apportera un goût unique à votre plat. Son nom français est sardinelle.

Sans oublier le nététou. Le nététou est un condiment préparé à base de graines d’une plante tropicale. Il existe des nététous en grains ou en poudre dans le commerce. Il aide a relevé le goût dans les plats tels que : le soupe kandia, le thiou tiir, le mbakhal dieune…. Alors qui peut cuisiner du mbakhal sans nététou ? je ne pense pas que ce sera aussi délicieux.
Il vous faut aussi du riz, une petite quantité suffira. Sans oublier les légumes vous pouvez acheter n’importe lequel. Les légumes servent à apporter plus d’équilibre alors n’hésitez pas à remplir votre panier de légumes.

Sans plus tarder, passons à la réalisation de cette nouvelle recette.

La recette du mbakhal dieune:

Pour 6 personnes
Préparation et cuisson : 1h35 min
Coût : moyen
Difficulté : facile

Ingrédients :

1 gros Poisson (1 tranche de thiof, de capitaine, 1 bar) + 1 sardinelle
250 g de riz
1 morceau de mollusque séché (yét)
1 morceau de poisson séché et salé (guédj)
Légumes : 3 gombos, 1 chou, 1 manioc, 2 diakhatous, 1 carotte
2 oignons
6 gousses d’ail
Quelques feuilles de persil
200 g de tomate fraîche
Poivre et piment en poudre
2 branches d’oignon vert
1 poivron vert
2 piments verts
1 piment antillais
3 feuilles de laurier
120 g de nététou
1 citron

Pour la sauce tamarin :
80 g gains de tamarin (dak’kar)
1 pincée de piment

Pour le beugueuthie :
100 g de feuilles de bissap
1 citron
1 pincée de sel et de piment en poudre

Autre accompagnement :

20 cl d’huile de palme

Préparation et cuisson du mbakhal dieune :

Ajouter 1 L d’eau dans un bol. Verser 250 g de riz et laisser reposer pendant 1 heure.

Vider, écailler et nettoyer délicatement le poisson.
Mixer 2 gousses d’ail, les feuilles de persil, ½ cuillère à café de piment en poudre, une pincée de poivre en poudre et une pincée de sel. Mélanger bien la mixture (farce).
Faire un trou en profondeur sur le ou les poissons. Incorporer le mélange obtenu dans chaque poisson. Saler le poisson.

Faire chauffer 1,5 L d’eau dans une marmite. Ajouter les poissons. Ajouter le morceau de yët.

Laver et éplucher tous les légumes. Ajouter les légumes (la carotte, le manioc épluché, les gombos, les diakhatous, le chou coupé en deux…). Laver et ajouter le morceau de guédj (poisson salé et séché). Ajouter une cuillère à café de sel. Ajouter les feuilles de laurier.

Laisser cuire 35 min à feu moyen.

Mixer 120 g de nététou. Réserver la moitié du nététou pour faire le « soule ».
Couper en dés un oignon. Mixer l’oignon coupé en dés avec 3 gousses d’ail, 1 poivron vert, 1 branche d’oignon vert, 2 piments verts. Ajouter la moitié du nététou. Ajouter le mélange dans la marmite.

Plonger les tomates fraîches quelques minutes dans un bol d’au chaude. Puis enlever la peau à l’aide d’un couteau. Mixer les tomates fraîches et ajouter dans la cuisson.


Ajouter les piments frais (piment antillais) et laisser cuire 20 min encore.

Retirer les poissons. Retirer la carotte, le chou, le manioc, les gombos, les diakhatous, les piments frais et le morceau de yët et de guedji. Réserver.

Goûter l’assaisonnement (sel, poivre, piment) et ajuster si besoin.
Réserver une louche de la sauce pour la préparation de la sauce tamarin.

Égoutter le riz et ajouter dans la cuisson. Bien mélanger. Laisser cuire 20 min à feu moyen.

Préparation du “soule” (nététou) :
Utiliser la moitié du nététou qui avait été réservée et mixer avec un oignon finement émincé, une gousse d’ail émincée, une bonne pincée de piment, une pincée de poivre et une pincée de sel. Faire de cette pâte une boule.
Retourner le riz puis creuser au centre pour ajouter la boule de nététou. Recouvrir de riz et continuer la cuisson. Au bout de 10 minutes, retirer la boule de nététou et réserver.

Préparation de la sauce tamarin :
Laver les graines de tamarin et déposer dans une petite coupelle. Ajouter la louche de sauce que vous aviez réserver au préalable. Mélanger bien. Ajouter une pincée de piment en poudre. Bien mélanger.

Préparation du beugueuthie :
Faire bouillir 10 cl d’eau dans une casserole. Ajouter les feuilles de bissap. Laisser cuire 10 min à feu moyen. Mixer les feuilles de bissap avec une pincée de piment en poudre, une pincée de sel et le jus d’un citron. Réserver.

Dressage :

Servir le riz dans un plat. Poser au-dessus le ou les poissons. Ajouter les légumes (le chou, la carotte, les diakhatous, le manioc, les gombos…). Ajouter de part et d’autre de petites quantités de nététou. Ajouter le beugueuthie. Couper le citron en deux. Ajouter sur le plat. Ajouter les piments frais au-dessus.
Déguster avec le tamarin et l’huile de palme.


Note du chef :
Préchauffer au préalable l’huile de palme avant la dégustation. Par contre pour le dressage, vous pouvez mettre l’huile de palme dans une coupelle en verre et poser à côté surtout lorsque vous avez des invités. Eviter d’arroser de l’huile de palme sur tout le plat. Certaines personnes n’aiment pas manger le mbakhal avec de l’huile de palme.

Bon appétit et à bientôt pour une nouvelle recette.