DJ Prince et son micro: des « foureuls » aux événements phares de la RTS




Alioune Wade alias DJ Prince Dj est connu pour le timbre de sa voix si particulier. Son inimitable voix grave a rythmé et continue toujours de rythmer le monde audiovisuel, de par ses variations et sa mélodicité.Dans un domaine aussi difficile, un animateur peut garder sa passion pendant plusieurs années. Mais garder son micro, c’est une autre chose. DJ Prince l’a faitLa voix, son style, sa personnalité passent bien, et séduisent les auditeurs et les téléspectateurs. Quel que soit le genre de son émission, il prépare tout dans les moindres détails. Devant le micro ou la caméra, il cherche la formule magique qui va « scotcher » l’auditeur ou le spectateur. L’animateur nous a accueillis dans son bureau – sis à l’ancien siège de la RTS en face du Théâtre national Daniel Sorano -, embaumé par l’odeur des parfums de classe comme Paco rabane. Dans cet entretien exclusif, Alioune Wade retrace sa passion sur le métier d’animateur, sa relation avec Mbaye Dièye, sa fidélité à la RTS, bref entre autres sujets. Emmitouflé d’un jolie chemise blanche à l’africaine, le doyen de l’animation sénégalaise dit tout.Interview !

D’OU EST VENU LE SURNOM PRINCE ?

C’est un nom d’enfance. Dj Prince vient d’un ami d’enfance à moi. A chaque fois que nous nous croisions dans la rue, il m’appelait mon prince. Depuis lors, mes vrais amis m’appellent mon prince (rire…) Il m’appelait ainsi parce que j’aimais bien tout ce qui était «clean». J’aime prendre soin de moi et de mon apparence. Mais je me nomme Alioune Wade à l’état civil.

COMMENT ETES-VOUS ARRIVÉ DANS LE MONDE DE L’ANIMATION?

Je suis issu d’un quartier populaire (Guédiawaye). À l’époque, il y avait ce qu’on appelait les « foureuls » et les « khoumbeul » que nous organisions toujours après les matchs de football pour célébrer nos victoires. J’en profitais pour faire de l’animation. Lorsque quelqu’un devait faire un spectacle, on sollicitait souvent mes services. J’étais devenu le Mc (maître de cérémonie). Il y avait le président de notre ASC qui, en même temps, gérait une boite de nuit dont j’étais l’animateur. C’est là que j’ai pris goût, et par la suite j’ai découvert dans cette boîte de nuit une marque de cigarette qui m’a mené au Cices où j’ai presté à la foire de Dakar.  C’est comme ça que j’ai commencé à m’y connaître un peu. J’ai appris le métier sur le tas parce qu’il n’y avait pas d’école qui formait des animateurs au Sénégal. Avant d’arriver à la Rts, j’ai intégré la radio Dunya Fm et Ben Bass m’a affecté à Kaolack comme directeur de la radio. J’ai fait là-bas quatre ans avec ma femme et mes enfants. Par la suite, on m’a réaffecté à Dakar comme responsable de la radio Dunya. Et un mois après, on m’a encore réaffecté à Thiès.

QU’EST-CE QUE VOTRE PASSAGE A LA RADIO A APPORTÉ DANS VOTRE CARRIERE ?

La radio m’a rééduqué. C’est quand j’ai commencé à fréquenter le monde des medias que j’ai su qu’il y avait une façon de parler. Quand j’animais dans les « foureuls », je m’exprimais comme je voulais. Mais à la radio, j’ai compris que l’animateur est le principal maillon qui relie les auditeurs et l’émission radiophonique. Si la personne qui anime est efficace, les auditeurs développeront un lien affectif fort et positif avec elle et l’émission. Il faut beaucoup de retenue pour réussir sa carrière d’animateur. Je me suis rééduqué, j’ai su que les gens qui m’écoutaient avaient de la valeur. J’ai toujours respecté les auditeurs ainsi que les téléspectateurs parce que sans eux nous ne sommes rien. Le téléspectateur ou l’auditeur s’identifie à travers l’animateur, et s’il n’y a pas d’atomes crochus, quelle que soit ton audience, l’auditeur ou le téléspectateur te lâchera tôt ou tard un jour. D’ailleurs, c’est la raison pour laquelle vous voyez souvent des animateurs qui brillent une seule nuit et disparaissent le lendemain, car le lien qui les lie avec le téléspectateur ou l’auditeur s’est rompu.

VOUS ETES FIDELE A LA RTS, POURQUOI CET ATTACHEMENT ? A-T-ON ESSAYÉ DE VOUS DEBAUCHER ?

Je ne laisserai jamais tomber la Rts pour être animateur dans une autre station télé ou radio. Si un patron de presse veut me débaucher, qu’il me donne sa place ou me nomme directeur. Si quelqu’un veut me recruter pour un poste d’animateur, autant me laisser le faire là où je suis. Si c’est pour me responsabiliser, alors je suis preneur et je serais prêt à répondre favorablement. Je quitterai la Rts pour un poste de directeur d’une chaîne de télévision mais pas pour être animateur. Si Mbagnick Diop veut me débaucher, il n’a qu’à me confier le Groupe Rewmi Network.

AVEZ-VOUS DES LIENS DE PARENTÉ AVEC MAGUETTE WADE ?

Oui ! Nous avons des liens de parenté, c’est le même Wade. C’est mon oncle (il insiste). Et c’est aussi mon père spirituel, mon mentor. Il nous a tous inspirés.  La vérité c’est que Maguette Wade n’est pas mon père biologique. Je lui ai même une fois dit (il cherche le mot…): je vais t’immortaliser.

COMMENT JUGEZ-VOUS LE MILIEU DES ANIMATEURS ?

Je dis souvent qu’il y a mille et une manières d’animer. J’ai ma façon d’animer, un autre animateur a son propre style. L’animation est comme une civilisation, on ne la juge pas. Chacun a son style. Malheur a ceux qui prennent l’animation comme une mode. L’animation est une carrière. Il y en a ceux qui dansent, crient, font rire pour que les gens sachent qu’ils existent. Il y en a d’autres par contre utilisent leur savoir pour se faire apprécier. Nous avons beaucoup d’animateurs aux styles différents et chacun a son public.

QUE REPONDEZ-VOUS A CEUX QUI DISENT QUE VOUS ETES MOU A L’ANTENNE ?

Moi mou à l’antenne (rire). Les gens confondent un bon animateur et un bon contenu. Mamadou Baal me disait ceci : «DJ Prince, adapte les téléspectateurs à ton style et ne cherche pas à t’adapter au style des 15 millions de Sénégalais. »  Moi, je ne change pas mon style.  Le style, c’est l’homme. DJ prince a son style. « Mane tooyou ma (je ne suis pas mou).  Il me faut une tenue d’antenne et c’est parce que je suis dans un médium d’État. Des personnalités me suivent et je me dois de me respecter mes téléspectateurs. Un bon animateur, à un moment donné, doit se confondre dans la peau d’un régulateur social.

QUELS CONSEILS DONNEREZ-VOUS A CEUX QUI VEULENT EMBRASSER LE METIER D’ANIMATEUR ?

Je vous fais un aveu : l’animation est un métier très noble. Ça fait partie des métiers où l’on gagne le plaisir et l’argent. Le métier m’a permis de subvenir à mes besoins. Quiconque fait ce métier, doit savoir que c’est un métier très noble. Aux jeunes, je leur dis qu’un animateur doit être cultivé et humble à la base, et ne jamais se mettre à la place de la star. J’ai l’habitude de dire que nombreux sont ceux qui se prennent pour des stars mais parce qu’ils ne comprennent pas que c’est à nous de « faire les stars ». La mission de l’animateur est de fabriquer des stars. Mais quand l’animateur veut se mettre à la place de la star, cela peut créer une confusion. Il faut savoir qui fait quoi et qui doit faire quoi.

QUELLES SONT VOS RELATIONS AVEC MBAYE DIEYE FAYE ?

(Rire) Mbaye c’est mon artiste, mon ami. Il est musicien-percussionniste et moi, je  suis animateur, mais nous ne formons qu’un. C’est Dieu qui nous a unis et cela fait plus de 20 ans que nous nous côtoyons. Nous n’avons jamais eu de divergences. Nous avons sillonné ensemble le monde entier parce que la base de notre relation est très solide. La raison ? Nous n’avons jamais voulu que quelqu’un se mette entre nous. Je vais raconter une anecdote ! Le jour où il y a eu clash entre Mbaye Dièye et Youssou Ndour, j’étais accusé, à tort, d’être à l’origine de leur brouille. Un agent de Youssou est venu me voir pour en avoir le cœur net.  Je lui ai dit que je n’étais pas le manager de Mbaye Dièye Faye à Sing Sing rythme. Quand j’ai rencontré Youssou Ndour, je lui ai fait savoir que j’ai eu échos de ce qui se disait et que je n’y étais pour rien. Il m’a répondu : « Prince, le chien aboie et la caravane passe ». Lors de leur réconciliation (entre Youssou Ndour et Mbaye Dièye Faye) Mbagnick Diop voulait même que je sois présent. Je leur ai répondu que leur amitié est plus vieille que ma relation avec Mbaye Dièye Faye. (Sen andd mo mag sama andd ak Mbaye Dièye). Donc je leur ai dit que je n’y avais pas ma place. En tout cas, beaucoup de choses me lient à Mbaye Dièye. Notre relation va au-delà d’une relation entre un manager et un artiste.

AVEZ-VOUS DES REGRETS PAR RAPPORT A VOTRE PARCOURS ?

Oui ! Car si je savais que les choses en arriveraient là, j’aurais dû pousser les études plus loin. (Il insiste).

LES GRANDS EVENEMENTS A LA RTS SONT ANIMES PAR DJ PRINCE. POURQUOI CE PRIVILEGE ?

Je ne crois pas que ça soit un privilège. Un jour, un journaliste a demandé au directeur des programmes de la RTS à l’époque : « mais pourquoi c’est toujours DJ Prince qui présente les grands événements. Ce dernier lui a répondu ceci : « c’est parce qu’il est le plus Sénégalais, il fait son job comme il le faut. »

QUE REGRETTEZ-VOUS DANS VOTRE VIE ? 

Mon plus grand regret est de n’avoir pas fait des études pousséesSi je savais que les choses en arriveraient là, j’aurais poussé les études plus loin. (Il insiste).

LES FILLES NE VOUS HARCELENT-ELLES PAS ?

Harceler (il marque une pause). Les femmes sénégalaises ne sont pas faciles. Elles incarnent la valeur. J’ai des relations normales avec elles.  La femme sénégalaise, quand on lui montre qu’on l’aime à son tour, elle vous le rend. Et quand c’est le contraire, elle met en avant sa fierté. (Da nio am fouleu : elles sont dignes). Elles ne sont pas de mœurs légères au point de vous harceler. Non ! Elles n’échangeront jamais leur valeurs pour quoi que ce soit. J’entends souvent des animateurs dire qu’ils sont victimes de harcèlement par les femmes. Mais à y voir de plus près, c’est une autre forme d’admiration. Les gens ont tendance à confondre admirer quelqu’un et aimer quelqu’un de façon intime. La femme sénégalaise connaît sa valeur cardinale qui est la dignité. Il est rare de la voir harceler qui que ce soit. Nous sommes des animateurs, c’est normal qu’elles viennent nous voir, nous dire qu’elles nous admirent.

QUE REPONDEZ-VOUS A CEUX QUI DISENT QUE VOUS ETES UN FRIMEUR ?

Je répondrai que c’est leur façon à eux de voir les choses. Chacun à sa manière de voir. Ils auraient pu dire pire que ça. Dire une chose positive sur ce que je fais est mieux que dire une chose négative. Les 90% des personnes qui me connaissent vous dirons que Dj prince est quelqu’un de poli. Je suis une personne comme tous les autres et on m’a éduqué comme je suis.