Meilleure performance mondiale tout temps pour Karsten Warholm sur 300 m haies, 5,86 m pour Armand Duplantis à la perche




Dans un meeting d’Oslo orchestré pour respecter les réglementations sanitaires liées au coronavirus, le Norvégien Karsten Warholm a réalisé la meilleure performance mondiale tout temps sur le très peu couru 300 m haies alors qu’Armand Duplantis a remporté son concours à distance avec Renaud Lavillenie à la perche.

On espère que le monde d’après ne va pas ressembler longtemps à ça. Ce jeudi soir, le mythique meeting d’Oslo, dans son stade tout aussi légendaire du Bislett accueillait le premier meeting Diamond League d’une saison gâchée par la pandémie de coronavirus. Pas de public – mis à part des panneaux en bois coloriés par des enfants -, quelques coaches, photographes et jurys, pour un rendez-vous qui ne manquait pas de gros noms mais beaucoup d’âme.

Premier à s’élancer, le recordman du monde de la perche Armand Duplantis semblait d’ailleurs se demander ce qu’il faisait là, alors que son principal rival Renaud Lavillenie avait sauté chez lui à Clermont-Ferrand mardi et dont les sauts étaient diffusés en simultané.

Sur la piste, le Suédois était accompagné de deux Norvégiens dont Pal Haugen Lillefosse qui s’arrêtait à 5,61 m. De retour en Europe après un confinement en Louisiane, Duplantis paraissait beaucoup mois aérien que cet hiver où il avait battu par deux fois le record du monde (pour le porter à 6,18 m). Dans son jardin, avec une piste d’élan en pente mais un élan réduit, Lavillenie semblait, lui, plus à son aise. Le champion olympique accompagnait finalement son ami en franchissant 5,81 m, avant que le Suédois ne s’impose grâce à un troisième essai réussi à 5,86 m.

Un stade vide qui n’a pour le coup pas changé les habitudes de Karsten Warholm. Le double champion du monde du 400 m haies, seul en piste, s’est claqué les cuisses et les visages avec ses mains comme à son habitude avant d’expédier une meilleure performance mondiale tout temps sur le très peu couru 300 m haies (33”78 contre 34”48 pour Chris Rawlinson en 2002).

Les Norvégiens ont d’ailleurs logiquement fait le show, puisque après un record national du 1 000 m pour Filip Ingebrigtsen (2’16”46), la fratrie la plus connue de l’athlétisme s’élançait sur un 2 000 m à distance avec la team de Timothy Cheruiyot, basée au Kenya.

Bien emmené, Jakob Ingebrigtsen battait le record d’Europe de la discipline en 4’50”01 devant ses frères Henrik (4’53”72) et Filip (4’56”91), alors que le champion du monde 2019 du 1 500 m bouclait ses cinq tours sous la pluie de Nairobi en 5’03”05. Le trio norvégien s’imposant finalement au temps face à leurs adversaires situés à 7 000 km de distance.

En conclusion du programme, le local Sondre Nordstad Moen s’emparait du record d’Europe du tout aussi peu couru 25 km piste en 1h12’46”5, bouclant une soirée plus proche d’une exhibition que d’un meeting international.




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.