Sénégal: un clip de hip-hop pour faire de la prévention contre le coronavirus




Au Sénégal, des mouvements de la société civile relaient à leur manière les messages de prévention : savoir reconnaître les symptômes, se laver régulièrement les mains, prendre garde aux fake news… Comme le collectif de rappeurs Y’en a Marre, qui a sorti jeudi soir une chanson et un clip, « Fagaru Ci Corona » (« Prévenir le corona », en wolof).

« Prépare-toi, prépare tes proches », « Prenez des précautions »… La chanson a été écrite en une seule nuit. Pour le rappeur Malal Talla, alias Fou Malade, il faut insister encore et encore sur la prévention. « Il y a beaucoup de gens qui disent que ça n’existe pas. C’est parfois lié aux croyances religieuses. Il faut dire aux gens les mesures d’hygiène qu’ils doivent prendre, dans un refrain facile à comprendre. »

Fagaru Ci Coronavirus (Y en a marre)
Watch this video on YouTube.
Voir la vidéo sur YouTube

Le clip vient d’être tourné à l’hôpital Fann de Dakar. Avant cela, les musiciens ont présenté le titre au ministère de la Santé. D’habitude très critique envers les autorités, le rappeur Simon parle cette fois « d’union sacrée ». « On a rencontré le ministre de la Santé, parce qu’on ne voulait pas communiquer à contre-courant du ministère. Ils ont validé les messages du morceau. Aujourd’hui, il faut faire taire les querelles politiques. »

Y’en a Marre avait déjà créé un titre de sensibilisation lors de l’épidémie d’Ebola en 2014. Le hip-hop est une manière de toucher les jeunes, souligne Fou Malade. « C’est une musique urbaine, populaire. C’est important de passer par cette locomotive pour transmettre un message. »

Le clip sera diffusé sur les réseaux sociaux et des chaînes de télévision. Au Sénégal, le dernier point du ministère de la Santé, jeudi en fin d’après midi, faisait état de deux nouveaux cas positifs, mais de trois guérisons. Le pays enregistre à ce jour 33 cas sous traitement.

De nouvelles mesures ont été annoncées jeudi pour faire face à la propagation de la pandémie et à ses conséquences : fermeture totale de l’espace aérien à partir de ce vendredi à minuit, jusqu’au 17 avril au moins, et un fonds pour soutenir les secteurs affectés par la crise, comme le tourisme et les transports aériens.